Pontevedra, Espagne

Pontevedra, la ville qui laisse place aux piétons depuis 20 ans


Alors que le sujet reste polémique en France, il existe des villes eu Europe qui ont fait le choix de laisser place aux piétons, aux vélos et à la mobilité douce.

Zoom sur la ville de Pontevedra en Espagne, où les émissions de CO2 ont chuté de 60% depuis 1990 grâce une volonté politique en accord avec la population.

Pontevedra, un modèle pour l’avenir de nos villes

Surnommée la ville où le piéton est roi, Pontevedra est une ville de 83 260 habitants (chiffres 2020) situé au bord de l’Océan dans la baie du même nom, dans la région (communauté autonome) de Galice, au nord-ouest de l’Espagne.

Depuis 20 ans, la ville a relevé un défi que bien des élus n’ont pas le courage de mettre en oeuvre : rendre le centre ville aux piétons et faire de ceux qui marchent les rois de l’espace public.

A la fin du siècle dernier, la ville était envahi par les voitures, avec son lot de bouchons permanents, de voitures en double file et de piétons qui tentaient de trouver leur place dans un espace pollué, dangereux et bruyant.

Avec presque autant de voitures que d’habitants qui traversait la cité quotidiennement, cette dernière était devenu invivable comme beaucoup de villes actuellement, et de nombreux habitants avaient fait le choix de quitter la ville.

En 1999, Miguel Anxo Fernández Lores est élu maire avec un projet simple mais fondamental, celui de faire en sorte que les habitants vivent mieux en dépolluant l’air, en revivifiant la rivière locale, Lerez, et en rendant le centre ville aux piétons.

Pontevedra, avant/après
Pontevedra, avant/après

Une politique volontariste et progressive

Le résultat après deux décennies d’une politique volontariste ?

Europcar utilitaire

Une ville vivable, adaptée aux humains où seul les véhicules indispensables circulent avec une population en hausse et un maire réélu depuis 1999.

70% des déplacements se font à pied, contre 30% il y a 20 ans, 66% de consommation de combustible fossile en moins et les émissions de CO2 ont diminué de 60% en centre ville.

Au delà des statistiques, c’est aussi une ville plus conviviale, des petits commerces avec davantage de clients, des enfants qui peuvent jouer en sécurité à l’extérieur, des accidents de la circulation quasi-inexistant (aucun mort lié à la circulation depuis 2011) et le plaisir de pouvoir flâner, marcher, se déplacer en toute sérénité pour les bipèdes que nous sommes !

Pontevedra, ville piétonne
Zone piétonne sans trottoir et sécurisé, Pontevedra

Pontevedra : reportage France 2

Une ville pensée pour les piétons

Loin de paralyser son fonctionnement, la ville a su hiérarchiser la mobilité en donnant la priorité aux piétons et en aménageant les espaces d’abord pour la marche :

Interdiction d’accès au centre historique, hors véhicules d’urgences et taxis, démontage des trottoirs pour rendre la surface plane et sans obstacle pour les marcheurs de tous les âges, création de parking souterrain payants et de grands parking gratuits aux abords de la ville, vitesse limitée à 30 kilomètres/heure voir 20 dans certains secteurs, limitation du stationnement à 15 minutes en surface avec fortes amendes, lignes de bus vers les quartiers périphériques et même une application (MetroMinuto) pour connaître le temps de déplacement d’un point à un autre à pied…
Autant de travaux; d’aménagements et de mesures pour que la ville se piétonise réellement.

Au delà des nombreuses oppositions au début du siècle avec les travaux d’aménagement et les peurs de chacun pour ses habitudes quotidiennes, la réélection depuis trois mandats du maire est la preuve démocratique que la population approuve la dynamique mis en place par la municipalité.

Metrominuto, plan pour les piétons

Pontevedra, une ville sans voitures

Pour en savoir et découvrir le projet et la réalité de ville, vous pouvez regarder ce reportage d’envoyé spécial diffusé le 17 juin 2021 sur France 2 :

En centre-ville, les piétons sont devenus les rois de l’espace public et les automobilistes, eux, doivent respecter des règles très strictes. Résultat : moins de bruit, moins de stress et plus d’air. Et un maire, Miguel Anxo Lores, à l’initiative de cette transformation, réélu depuis 1999. Comment un tel chamboulement a-t-il été possible ? Et ce modèle est-il applicable partout ?

Un reportage de Raphaële Schapira, Katia Pinzon et Marielle Krouk.

Revue de web

Webzine+